Réchauffement climatique : les mensonges

Durée de lecture: 3 minutes
Un négationniste du changement climatique

Sur le web, de nombreuses théories du complots surgissent pour qualifier le réchauffement climatique de mensonge. Certains remettent en question la réalité du réchauffement climatique, d’autres remettent en question son origine anthropique (le fait qu’il soit causé par l’Homme). Ces « mensonges » sont dénoncés dans des tribunes, des vidéos, très souvent sur des journaux et autres sites web obscurs ou ne disposant d’aucune légitimité ni crédit scientifique. Ces négationnistes climatiques utilisent des ressorts bien connus de manipulations (sophismes, répétitions, mise en scène, théorie du complot en ciblant des coupables).

Le réchauffement climatique : un mensonge selon…

Les complots sur le web sont très commun ; on fait appel à des raisonnement fallacieux, on y ajoute une mise en scène pour renforcer la crédibilité. Ces dernières années, les mensonges sur le réchauffement climatique ont souvent servir les mêmes intérêts : ceux des lobbies et entreprises à la source du problème, à savoir les industries liées aux énergies fossiles, du transport et à l’industrie du tabac.

A titre d’exemple, lorsqu’on tape sur Google « réchauffement climatique mensonge », on trouve en première position une vidéo non datée de Vincent Courtillaud, un professeur de Géophysique (qui n’a donc aucune compétence en science du climat), qui explique en quoi le GIEC a tort. Outre une méthodologie remise en cause par ses pairs,  ce monsieur dirigeait il y a quelques années, l’Institut de physique du globe de Paris. Le hic ? Cet institut était pour partie financé par Total et Schlumberger, deux entreprises dont le métier principal dépend de l’extraction des énergies fossiles, et qui n’ont aucun intérêt à une prise de conscience et une mobilisation pour limiter l’émission de gaz à effet de serre.

Les groupes de pression, lobbies et entreprises qui nient la véracité du réchauffement climatique dépenseraient plus de 10 fois les sommes dépenses par les groupe de protection de l’environnement. En effet, ces industries ont en effet beaucoup à perdre de la mise en place de régulations pour limiter l’émission de gaz à effet de serre. Leur intérêt à parler de mensonge pour tenter de nier ce que l’immense majorité des scientifiques (dont des climatologues, spécialistes du sujet) et des académies nationales de nombreux pays (FranceRoyaume-Uni, États-Unis, et les académies de dizaines de pays)   ont admis comme une réalité depuis plusieurs années.

Pas confiance aux personnes ? Observez…

Il est possible, pour des raisons obscures, de ne faire confiance à personne, puisque le changement climatique n’est pas perceptible avec nos 5 sens. Si on ne peut faire confiance à personne, alors autant se fier à soi-même pour enquêter. Appelez des vignerons, demandez leur si la date de vendanges n’avance pas d’années en années.

Regardez les archives de Méteo France pour voir la moyenne des températures des dernières années, ou encore les données de la NASA.

Toujours vérifier la source

Quand vous voyez quelqu’un qui nie la véracité du changement climatique, posez vous la question de son intérêt à le faire. Très souvent, vous comprendrez que ce n’est jamais dénué d’arrières pensées.

Vous voulez en savoir plus sur le changement climatique ? Consultez notre article sur ses causes, conséquences, et solutions.

Laisser un commentaire